bon Expert innovation qualité

LE BON EXPERT

QU’EST-CE QU’UN BON EXPERT ET COMMENT LE TROUVER ?

Les experts sont indispensables à nos entreprises, en particulier pour celles qui souhaitent innover. Innover nécessite souvent, partant d’attentes du marché et des clients, de répondre à des questions nouvelles. Les experts détiennent un savoir lié à leur éducation, leur expérience et leur pratique. Ils peuvent donc proposer des solutions pertinentes à ces questions lorsqu’elles relèvent de leur champ d’expertise. Il sont l’incarnation de l’état-de-l ‘art dans leur domaine. Les entreprises qui cherchent à innover ont besoin d’eux. Ne pouvant maîtriser tous les domaines en interne, il faut pour ces entreprises apprendre, dans notre monde connecté, à solliciter les experts externes qui pourront leur permettre d’avancer. C’est à ce besoin que s’adressent des plateformes d’innovation et de détection d’experts telles que celle d’ideXlab.

Cependant, trouver les bons experts pour un domaine donné ne va pas forcément de soi. Et d’ailleurs, qu’appelle-t-on au juste un « bon » expert ? Comment le détecte-t-on ?

Le « bon » expert

 

Nous pouvons illustrer notre réponse à la première question grâce à l’infographie et au diagramme de Venn ci-dessous.

 

le bon expert

Les experts pouvant répondre à une question posée par une entreprise doivent posséder trois qualités : être compétents, bien sûr ; être disponibles pour interagir avec celle-ci ; avoir l’ouverture pour adapter leur compétence à la problématique de l’entreprise.

Disponibilité. Il arrive fréquemment de trouver un expert qui semble sur le papier idéal, mais qui n’est pas disponible: il n’a pas le temps ou simplement l’envie de s’impliquer. Ce manque de disponibilité, rédhibitoire, le réduit à l’état de fantasme pour le demandeur. Einstein à son époque aurait certainement fait le bonheur de centaines d’entreprises mais était bien trop sollicité pour leur consacrer du temps. Aujourd’hui, certains professeurs d’université par exemple qui font autorité dans leur domaine n’auront pas une minute à consacrer à des entreprises en quête de réponses.

Ouverture. Certains experts manquent aussi de l’ouverture nécessaire à ce type d’exercice. Il est en effet rare que la question posée recoupe exactement les domaines maîtrisés par l’expert. Il faudra que celui-ci examine attentivement la question avant d’adapter sa réponse au contexte de l’entreprise, qu’il fasse preuve d’empathie et d’écoute. Il lui faudra peut-être accepter de s’adjoindre d’autres compétences, par exemple pour industrialiser sa solution. Sinon il proposera une réponse dogmatique et théorique qui sera au final difficile intégrer pour celle-ci. Ces qualités, que l’on rencontre souvent dans cette population, ne sont cependant pas systématiques.

Compétence. Enfin, la prolifération de plateforme ouvertes permettant à chacun – experts comme non experts – de proposer des solutions à des problèmes, et permettent donc à des individus curieux et disponibles de proposer leurs services. Malheureusement, leurs propositions sont souvent une perte de temps pour l’entreprise à l’origine de la question, faute d’avoir la profondeur nécessaire pour apporter une réelle valeur ajoutée. De plus, la compétence repose sur un savoir qui n’est pas absolu et qui peut être controversé : une connaissance réputée vraie à une époque donnée peut par exemple être réfutée par l’avancée de la science. Il est donc recommandé de ne pas s’entourer que d’un seul expert compétent, mais de solliciter plusieurs opinions pour faire un choix voire pour monter une collaboration avec plusieurs experts.

Le ‘bon’ expert réunira donc ces trois qualités : disponibilité ouverture, et compétence.

Comment trouve-t-on les ‘bons’ experts ?

Nous nous efforçons, dans la plateforme ideXlab, de prendre en compte les trois qualités citées ci-dessus.

La compétence d’abord, est assurée par l’analyse des traces laissées par les experts que nous sollicitons. Ces traces par exemple sont le fruit de publications scientifiques relues par des pairs (« peer-reviewed« ) ou par d’autres experts (dans le cas des brevets) garantissant un contenu de grande qualité. La compétence de nos experts est évaluée automatiquement par nos algorithmes et prend en compte des données bibliométriques et leur environnement de réseau social.

La disponibilité ensuite : nous contactons simultanément plusieurs experts qui sont soigneusement sélectionnés, mais aussi rarement sollicités du fait de leur nombre (plus de 10 millions à travers le monde) et de la finesse d’analyse de nos algorithmes. Trop de plateformes aujourd’hui contactent trop souvent un nombre trop restreint d’experts. La qualité de leurs réponses se dégrade au fil du temps. Les experts qui répondent aux sollicitations d’ideXlab le font parce qu’ils sont intéressés par la question qui leur est posée et parce qu’ils jugent pouvoir dégager la ressource pour y répondre ou contribuer. Les autres – non intéressés, non disponibles – ne prennent pas la peine de répondre et c’est très bien ainsi !

L’ouverture enfin : nous calibrons nos campagnes d’engagement d’experts de manière à interagir systématiquement avec plusieurs d’entre eux afin de garantir une diversité de réponses ou d’opinions. L’interaction facilitée par la plateforme permet aussi de comprendre très vite, sur la base de questions simples, le degré d’ouverture de l’expert et sa capacité à s’adapter au contexte de l’entreprise. Le ‘bon’ expert est la ressource rare de l’entreprise innovante et compétitive du 21ème siècle. Fort heureusement, les technologies actuelles permettent de faciliter leur identification et la mise en relation. C’est un pas significatif vers une collaboration plus gratifiante et efficace entre l’industrie, le monde académique et le monde des experts de manière générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 1 = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>